Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 22:20

 

Image-6.png
Je devrais me réjouir - ça va venir - mais il me faut encore digérer... Non pas digérer la bonne nouvelle, mais ce 2e rendez-vous avec gyné D... Et oui, une fois encore, deuxième effet kiss pas cooooool, je sors perplexe de notre rendez-vous. Mpm est plus confiant, moi pas. Traversée par des sentiments contradictoires...
Pour commencer, ça commençait mal, elle n'avait pas le compte rendu du spécialiste que nous avons vu à Cochin : 
"- Alors, qu'est-ce qu'il vous a dit T ?" 
- Ben...Vous n'avez pas son compte rendu ? 
- Non, pas encore, c'est assez long.
- Ben.... Alors en gros il a donné deux feux verts...
Et de lui expliquer mes histoires de signalisation, et qu'il lui demande à elle de regarder les analyses de sang complémentaires pour le troisième feu vert. 
Elle regarde donc, et je sens que ça va pas. Je ne parle pas des résultats car elle ne m'en dit pas un mot et je ne sais donc pas si ça va ou pas, mais ce qui ne va pas, c'est que ce n'est pas complet selon elle : 
"- Et il vous a pas demandé de faire ça...'?" 
- Ben....
- Parce que là, il manque quand même des éléments qu'il faudrait avoir pour une grossesse, savoir comment vous traiter, vous suivre... (je vous la fais courte, mais je me dis comment T a pu oublier une part des exams si c'est lui le spécialiste, il avait l'air très sûr...)
...
"- Vous avez recherché chez vous ? Vous deviez regarder si vous n'aviez pas eu un bilan après votre phlébite 
- Ben... (je réfléchis, mais ma tête est soudain vide)
- Je vous avais demandé de chercher 
- Ben... j'ai oublié (mais quelle conne je fais, bien sûr que je n'ai pas oublié, bien sûr que j'ai cherché, bien sûr que je n'ai rien trouvé : mais je sais pas, elle me tétanise et j'en dis des conneries, mais quelle nulle, je suis mais super énervée contre moi, contre elle...)
Et tout sera comme ça : 
Pour la neuro, j'apprends quand même qu'elle a eu un appel de ma chirurgienne, qui était plus positive (à l'oral) que sur son compte-rendu où elle ne se mouille pas. Elle devait envoyer un mot dans le sens du positif, mais toujours rien. Je pense que ma chir ne s'engagera pas plus que ça. 
Pour le cardio : c'est ok : ouf un truc qui va
Pour les autres analyses de sang : tout semble ok, mais je l'entends murmurer que la thyroïde est à surveiller (un chiffre en dessous de la norme), sans qu'elle nous en dise rien. cet air qu'elle a de faire son dossier dans son coin sans rien nous expliquer, et nous d'avoir le sentiment d'être presque de trop, de la gêner... 
Pour la mamo : là aussi ça coince : 
"- vous avez que ça ? il vous a pas mis les conclusions ?
- Si là.
- OUi, mais il manque un chiffre là, j'ai jamais vu des analyses comme ça, normalement vous devez avoir l'ACR (me demandez pas ce que c'est) avec des chiffres de 1 à 5 (indiquant le niveau de santé j'ai cru deviner : 1 = tout va bien, 5 = cancer),
- vous avez l'air d'être à 2, mais il faudrait qu'il le marque, faudra retourner le voir pour qu'il le précise.
Après un certain temps, on en arrive à l'Espagne, enfin, J'EN arrive à l'Espagne. On est quand même là pour ça non ? 
- Oui, alors dites-moi, vous en êtes où par rapport au don, vous vous posiez des questions ..
(pas du tout, elle délire)
- Non, nous sommes décidés, j'étais juste déstabilisée par les risques que vous aviez expliqués...
(elle m'énerve)
Je sors donc la liste des examens demandés par Procreatec, qu'elle regarde, je lui glisse aussi le questionnaire à remplir car je ne comprends pas tous les mots, elle le regarde vite fait, "ce sont des opérations, vous avez rien de tout ça, sauf l'hystéro et le polype qu'on vous a retiré"...  
Je trouve qu'elle ne prend pas le temps, qu'elle n'explique rien, je ne me sens pas bien, elle est sèche. Je me sens out, comme si on savait rien à rien, comme si on nous avait pas suivi comme il fallait et comme si c'était notre faute. Oui, je me sens en faute avec elle. Peut-être le sommes-nous ? 
Au final, pour Procreatec, on a presque tout, elle nous prescrit ce qui manque 
- Hystéroscopie à j10 
- Sérologies 
et ce qui manque à mpm
- caryotype 
- "on vous a pas fait de caryotype avec les premières fiv ? on n'a pas recherché où était le problème ? Qui vous a suivi ? grrrrr, ça recommence...)
- bon, on va faire une échographie des testicules aussi et les sérologies
elle regarde le spermo, note les données dans son dossier
il est pas bon le spermo
je sens que mpm a envie d'en savoir plus sur lui, ses zozos, et ô combien je trouve ça légitime.
il lui glisse : "il y en a plus"
et elle de le casser 
- oui mais ça ne veut rien dire... 
elle prescrit du coup des vitamines (procrelia) pour trois mois : 170 euros, gloups
et de me demander : 
- ils vous donnent quoi comme délais Procreatec ? 
- Ben... je l'ai pas contactés depuis la dernière fois puisqu'il fallait des feux verts qu'on n'avait pas (nan mais elle se fout de ma gueule...)
- bon, faut y aller maintenant, vous pouvez les appeler.
- J'envoie mes examens ? (oui, je sais là c'est une question bête de ma part)
- Oui, vous leur envoyez les examens avant notre prochain rendez-vous comme ça s'ils demandent d'autres choses, on pourra voir. 
J'ai aussi réussi à glisser notre question donneuse : c'est mort, la limite est de 43 ans pour la receveuse
et la question de la biopsie (rapport aux cellules tueuses de Fabienne) : 
Elle connaît bien en effet, mais pour elle, ça ne se justifie et se recherche qu'en cas d'échecs répétés d'implantation, car les examens se font aussi en regard de ces échecs. Or, n'ayant qu'un échec à mon actif, il n'y aurait rien à analyser... Et puis elle dit bien sûr qu'en théorie, on peut tout faire et tout creuser mais c'est lourd, et patati... 
Au final, j'accroche pas, j'ai du mal. Ce matin j'avais vraiment les boules, j'ai réussi à en parler un peu à mpm qui ne le prend pas à coeur comme moi. Il suit le truc, sans se poser de question. Je la pense compétente, c'est pas le problème, c'est le feeling.  j'ai les boules à chaque fois que je sors de son cabinet. 
 
C'est dans un état second, que je me suis tapé le récapitulatif des exams, des contacts et des choses à faire qui entament notre prochain départ pour l'Espagne, alors oui, ce devrait être un grand jour...
Une pma, c'est pas ça, c'est pas seulement une liste d'examens à faire, une course contre le temps, c'est d'abord de l'humain, et moi, j'ai besoin qu'on m'explique pas qu'on me culpabilise, qu'on nous accompagne, pas qu'on nous prenne par la main et qu'on nous fasse tout, mais qu'on nous explique...
Je suis fatiguée c'est sûr et ça ajoute à ma fragilité du moment. Je sais que je devrais être heureuse, on avance mais ça commence dans la rudesse. A l'image de la pma ? 
Pour conclure, la pilule commence à passer, en cette fin de journée, j'ai réussi à prendre rv pour l'hystéro, impossible en revanche de joindre Cochin, ça sonne trois minutes et ça raccroche... On fait nos pds vendredi et j'ai adhéré à Maia (en m'embrouillant dans l'inscription, allons savoir si ça va aller).
Je voulais écrire à Procreatec, mais il est 23heures et je vais m'arrêter là, sur ce post écrit en partie ce matin.
Deux jours encore pour avancer un peu sur le chemin, mais aussi préparer la route des vacances, qu'il nous faut légères et dépaysantes, requinquantes ! Sicile, Espagne, nous voilà...  
Repost 0
Published by mon-petit-tresor.over-blog.com - dans PMA pure et dure
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 21:32

Image-30.png 

Je suis perplexe.

 

Avant d’entamer le sujet du jour qui me laisse perplexe, voici tout d'abord la bonne nouvelle : j’ai l’intérieur du crâne nickel, pas de mini-tumeur à l’horizon, c’est tout beau tout propre comme il faut. Une vraie bulle de lumière. Pourtant, et j'en ai un peu honte car j'aurais dû remercier le ciel, je n'ai pas réussi à rentrer sereine et heureuse, mais plutôt perdue, la boule au ventre... Car nous avons abordé la question pma. Aborder, c'est bien le terme, nous ne sommes pas allés bien loin... Ce qu'elle m'a dit - le peu qu'elle m'en a dit - me reste en travers... En fait, je n'ai rien appris de plus, son discours est resté le même, pas vraiment clair à mes yeux, me laissant face à mes choix, mes interrogations...


En gros elle dit qu'en l’état actuel des connaissances de la médecine, on ne peut pas dire qu'une fiv n’est pas sans danger. Et même si on sait que ma tumeur n’était pas réceptive à la progestérone (= son développement n’est pas lié à la prise d’hormones), ça ne veut rien dire pour la suite. Car les tumeurs se nourrissent d’hormones... Elle m'a dit que je dois savoir ça et que le reste m'appartient, relève de mes choix, d'un risque que je prends si je le veux, mais en mon âme et conscience... 

 

Après ça, je sors mi-heureuse, mi-effondrée. Frustrée aussi. J'avais besoin d'être éclairée, de savoir les vrais risques. Sur le moment j'ai pensé "ça y est, c’est fini, adieu l’Espagne". Et je me suis trimballée une boule toute la journée. Le soir je raconte brièvement toute l'histoire à mpm, on est en voiture, pressés, en retard... Lui, soudain m'apporte un autre regard. Plus positif, plus entreprenant, plus osé... « Si elle t’a dit qu’elle ne pouvait pas t’assurer que ce n’est pas sans risque, elle ne peut pas prouver non plus que c’est risqué. Tu tiens tellement à cet enfant, moi aussi j'y tiens. On fera ce que tu veux, mais puisque tu me demandes ce que je ferais moi, et bien j’essayerais." J'ESSAYERAIS !!!!! Il a dit ça mon mari. Je ne m'y attendais pas. Je pensais qu'il penserait d'abord à ma santé, à ne pas prendre le risque. "La vie n’est pas sans risque, a-t-il ajouté, rien ne se fait sans risque. Dès que tu fais un enfant, tu prends des risques, tu as des risques pendant la grossesse, pendant l’accouchement, la maman peut y passer, quand l’enfant est là, il y a des risques aussi, la vie est pleine de risques, et si l’on ne risque rien, on ne fait rien, on ne vit rien. » Position surprenante pour un homme qui, par ailleurs, calcule beaucoup (les risques entre autres), agit après avoir mûrement réfléchi... 

 

Je ne peux pas dire que je me suis sentie regonflée par son point de vue mais plutôt troublée. Je n'avais rien de tout ça en tête. Je pensais juste que j'avais une épée au-dessus de la tête qui risquait fort de me tomber dessus. Le méningiome est peut-être trop récent pour que je sois détachée et audacieuse dans mes choix. Oui, j'ai peur que ça revienne. Je ne vis pas avec cette peur, mais c'est tout de même encore pregnant, je m'en rends compte à ma réaction... Mais nous n'avions pas le temps, et ce n'était pas le lieu d'en parler plus, nous y reviendrons. Pour l'heure, l'idée de faire une fiv avec ça en tête ne me réjouit pas. L'idée d'abandonner me désespère. Je me sens dans une impasse.

 

Plus concrètement, nous avons prévu de demander l’avis d’un neurochirurgien, ami de ma belle-mère, qui avait été très réconfortant avec moi. Je pense aussi demander l'avis de gygy. Et contacter Procréatec. 


Vais-je faire un fiv do en Espagne, sachant que ce n’est pas sans risque de développer une nouvelle tumeur ? 

 

Telle est la question !

 

Cette question me rend dingue. Je n'ai pas (encore) la réponse. Et en ce J1 qui ne compte pour rien, je suis aussi épuisée. Lasse de tous ces mois de lutte dans le travail, lasse d'avoir le sentiment de piétiner... Ce soir, je ne suis plus capable de penser, mais il est certain que les choses ne s'arrêtent pas là... 

 


  

Repost 0
Published by mon-petit-tresor.over-blog.com - dans PMA pure et dure
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 11:53

Image-2-copie-11.png 

 

Hier, j’étais vraiment mal, je pleurais au bureau, j’étais effondrée. Mais je savais qu’au fond ce n’était pas dramatique et qu’il était temps de prendre conscience de certaines choses.

 

Une rencontre capitale

Et puis, E. est arrivée dans ma vie.

Ensemble nous avons parlé hier soir pour faire le point sur tout ça : mes examens, ceux de mon mari, la question du don, les cliniques, etc. 

J’ai eu une discussion d’une heure incroyable.

J’ai appris plus de choses qu’en un an et demi et surtout surtou surtout j’ai repris ESPOIR.

Cette femme incroyable, jeune maman de jumeaux (et heureuse de l’être : Pour mieux attendre, si tu me lis ;-)), m’a énormément apporté, à tous points de vue : médical, psy, technique… Elle était adorable, très claire et avec elle, j’ai déculpabilisé, j’ai appris des choses, je me suis sentie renaître. Elle m’a donné son avis personnel, compte tenu de nos paramètres, m’a donné des infos sur sa clinique.

 

Une décision qui se précise

Avec des éléments concrets en main, la fiv don semble plus adaptée à mon cas, ne serait-ce que parce que mon taux d’amh de 0,1 laisse peu d’espoir en fiv classique. En fait, dès le départ, j’avais pas beaucoup de chance... En fiv classique, il faudrait mieux une imsi (plus pointue) plutôt qu’une icsi. En plus, il manque plein d’examens complémentaires qui auraient pu nous éclairer sur différents points.

 

J’étais déjà plutôt partante pour le don - avec toutes les réflexions qui vont avec - mais je crois que ça ne m’inquiète pas plus que ça, au contraire, j’ai l’impression que de nouveau je peux espérer être enceinte. Alors, je crois bien que j’en ai fini avec ma fertilité, et que je vais me tourner vers le don. En plus, selon E. je ne semble pas être un cas compliqué pour le don, et on sait que la nidation est possible chez moi.

 

Nous allons donc sûrement vers le don

Je me refuse toujours à m’engager définitivement dans un choix plutôt qu’un autre (plus par principe, pour me laisser une porte ouverte), mais cette solution me semble de loin la meilleure.

Même si elle demande à faire le deuil de mes ovocytes. Mais entre mes ovocytes et un bébé dans mes bras, le choix est vite fait !!

 

D'ici le 15 septembre  :

 

• voir un spécialiste du don,

• faire des examens complémentaires

• continuer mes recherches de cliniques

• demander à la sécu mon dossier de remboursement pour l'étranger


Voilà.

Un nouveau projet, une nouvelle aventure qui commence et que je ne vois plus du tout comme quelque chose d’effrayant et d’insurmontable, mais au contraire comme un vrai espoir qui renaît.

Je me sens tellement mieux !!!! 

Je retrouve l’espoir que j’avais l’année dernière avant ma première fiv

et cet espoir-là, Dieu qu’il est bon ! 

Repost 0
Published by mon-petit-tresor.over-blog.com - dans PMA pure et dure
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 09:40

 Un + pour C. … une petite belle et bien là, chez ma première copinaute (avec un récit à tomber, tellement il est beau)… des grossesses qui doivent se poursuivre un peu loin de nous… des attentes et des blessures à panser... Le petit monde de la pma continue de tourner, un peu sans moi, qui ai voulu ce répit, même si je suis toujours là. Tout de même, ça commence à me manquer, j’ai envie de vivre moi aussi un nouvel espoir, l’avant dernier… Je place tant sur ce alors qu’on sait que…  Je sais que si je reviens vide, je vais être ko, je le sais déjà. Mais je n’en suis pas là, je suis dans le présent ne l’oublions pas et ce tec approche enfin...

1re remise en selle et premiers contretemps… 

La pharmacienne ce matin s’étonne qu’on me prescrive du provamès à insérer par voie vaginale : elle n’a jamais vu ça et la notice ne mentionne aucune application de ce type. Le doute s’installe chez elle et chez moi du coup… Consciencieuse, elle essaye d’appeler le centre pour moi, mais ça ne répond pas encore. Grrrrrr, ça commence… Va falloir que j’appelle gyné belle ou le centre pour en avoir le cœur net. Mais selon la pharmacienne, les hôpitaux outrepassent parfois les fonctions des médocs : comprenez, on est des cobayes !... Elle a même vu un grand gyné prescrire du viagra pour la paroi utérine d’une de ses patientes…

Heureusement que je ne me suis pas pointée à la pharmacie la veille de mon départ en Italie, car là j’étais fichue. Petite morale en passant : toujours prendre de l’avance pour acheter ses traitements. Du coup, je suis allée sur les forums et j’ai trouvé une femme en 2007 qui s’est posée les mêmes questions et on lui a répondu que ça se faisait, visiblement, ce serait plus efficace…

Je vais quand même avoir confirmation de l’hôpital…

 

To be continued… 

 

Edit de 16 heures : centre pma ne répond pas, gygy ne répond pas.

J'avise lundi, mais je crois que je vais l'absorber par le bas le provamès... 

 

illustration : le petit coin de campagne où nous partons ce week-end et qui ne capte aucun réseau...

Z'allez me manquer les filles, mais un bout de campagne pour une parisienne c'est pas mal non plus... 

 

Image-2-copie-9.png

Repost 0
Published by mon-petit-tresor.over-blog.com - dans PMA pure et dure
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 13:53

 Image-6-copie-4.png


Je n'en parle pas énormément, mais faut pas croire, la pma est toujours là, et bien là...
Dans trois semaines, je revois gyné belle pour causer tec... Je ne fonde pas trop d'espoir sur cette "chance" supplémentaire.
Non pas que je sois pessimiste comme j'ai l'habitude de l'être (enfin si un peu, peut-être quand même), mais je suis surtout réaliste. Peu de conditions réunies pour trop y croire... Surtout après avoir lu des choses sur les TEC sur cette page du site fivfrance : link

Qui rappelle la triste réalité : moins de réussite qu'une fiv, et avec l'âge, ça s'arrange pas...

Mais c'est pas grâve, je suis contente malgré tout de pouvoir faire cette tentative (s'ils survivent). 

Je n'ai pas trouvé d'info sur le protocole : je sais seulement qu'à J1, il commence mais après??? 

D'ailleurs à ce propos, j'ai une grande question existentielle et arithmétique :

Si J1 est bien le 21 mars comme prévu : le protocole devrait commencer le 21 mars.

Mais comme je vois gyné belle le 22 mars, je n'aurai pas le protocole : ce qui va faire tout décaler d'un mois.

alors deux options :

1- Soit j'appelle gyné belle dans les jours à venir pour voir avec elle si on peut se caler sur mars et qu'elle m'envoie le protocole ou me dise quoi prendre pour ne pas louper le coche à un jour près.

2 - Soit je laisse venir le rendez-vous et tant pis si ça décale d'un mois. 

Je m'interroge : 

compte tenu de ma fatigue et du fait que le 22 mars je sortirai seulement à peine des deux semaines intenses de travail (les plus rudes de l'année) qui m'attendent : est-ce que j'ai vraiment intérêt à plonger tout de suite dans un tec ? Ne vaut-il mieux pas attendre perdre un mois pour être plus sereine et reposée ? Mais compte tenu de mon âge et du temps qui file pour moi, ne vaut-il mieux pas tout de suite s'y mettre ? 

Voilà une question qui sera redébattue avec mon mari (on l'a déjà évoqué et lui est plus partant pour reprendre au plus tôt)

voilà une question que j'aimerais pouvoir évoquer avec gyné belle (mais lui parler, c'est trop sport)

Voilà une question que je vous soumets ? Vous en pensez quoi ? 

Pour le moment, je serais tentée de patienter un mois de plus... Récupérer.

 

Parmi mes autres interrogations, réflexions, sentiments, il y a aussi des choses pas très réjouissantes : 

Je recommence à avoir la trouille de ne pas y arriver, de faire une croix définitive sur ce rêve, mais j'ai aussi la trouille d'y arriver ... (un comble, je sais) j'ai peur aussi, si je suis enceinte, de toutes ces montagnes de peur à franchir :

celle de la fausse couche en premier lieu et autres geu, etc.

celle de trisomie et autres malformations plus fréquentes passé 40 ans

celle de l'accouchement prématuré et des séquelles possibles, plus fréquent aussi passé 40 ans

celle des problèmes de santé, plus fréquents pass..

Je sais que c'est ridicule d'avoir ces peurs-là, qu'avec ces peurs on n'avance pas dans la vie, que ce sont des entraves, des tue-bonheur

Je sais tout ça, mais malgré tout j'y pense et me dis en même temps "arrête de trop demander à la vie, arrête de toujours vouloir autre chose alors que tu as un bonheur, là, à portée de main, ici, aujourd'hui, avec l'homme que tu aimes."

Alors parfois je suis lasse de courir après ce rêve d'enfant. Parfois j'ai l'impression que c'est un vain combat qui m'empêche d'être heureuse ici et maintenant, parfois j'ai l'impression que j'ai passé l'âge, je me sens vieille si vous saviez, 

mais j'en crêve aussi de me dire que peut-être j'ai loupé le bonheur de ma vie... Je supporte pas les ventres ronds (sauf ceux des copinautes), je supporte pas les poussettes et les annonces de grossesse. 

Si je ne dois pas être mère, j'espère que cette jalousie s'en ira avec mon rêve, je ne veux pas vivre avec ces choses négatives en moi.

Pour conclure,

j'ai beau avoir fait une big fiesta, être très heureuse, je n'en reste pas moins une "pmette de choc" avec toutes ses questions, stress, espoirs et désespoirs... 

 

Repost 0
Published by mon-petit-tresor.over-blog.com - dans PMA pure et dure
commenter cet article

Serons-Nous Un Jour Parents ?

  • : Mon petit trésor (Ange)
  • Mon petit trésor (Ange)
  • : Nous le pensions, nous l'espérons encore... En attendant, nous voilà dans le petit monde de la pma...
  • Contact

Notre chemin

Après un heureux mariage en 2008, et des essais sans effets, nous n'eumes pas de nombreux enfants...

2010 : direction FIV1 en mai, puis FIV2 en sept avec un beau + mais FC à 8SA...

2011 : Rebelote avec FIV3 en janv puis TEC1 en mai. Toujours sans effets... 

2011 : fin des FIV,  projet fivDO abandonné avec opération d'un méningiome (tumeur bénigne au cerveau)

2012 : Pause et récupération

2013 : à 44 ans, retour en PMA : direction FIV DO en République Tchèque fin septembre  

À suivre : le collectif B-AMP

Un collectif et un blog pour les personnes concernées par l'infertilité, pour que l'aide médicale à la procréation évolue, pour s'informer, échanger, se rencontrer et faire évoluer les choses. B-AMP comme Blog et AMP https://collectifbamp.wordpress.com/