Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 20:51

Image-5-copie-2.png

Je suis comme dans une sorte de no man's land

une non zone, comme dans une non vie

Je suis fatiguée, mais fatiguée, tellement fatiguée...

Je ne sais pas comment j'arrive à avancer, à me lever le matin, à travailler (beaucoup en plus), comment j'arrive à cuisiner le soir, à trouver des ressources, je m'étonne de ne pas m'effondrer, j'ai peur quand même de replonger dans la dépression.

Car je n'arrive finalement à rien d'autre, et maintenant je n'arrive plus vraiment à penser, à vouloir quoi que ce soit, à rêver. J'avais envie de vacances, mais tout se goupille mal, je prépare une fête surprise pour l'anniversaire de mon mari et ça me semble une montagne, je le fais sans joie, ça me pèse et ça me fait pleurer de penser que ça ne me réjouit pas que c'est devenu un poids ce projet alors que j'avais tellement envie de faire quelque chose de grand, de beau pour lui, tellement envie de lui faire plaisir.. J'ai l'impression que ce sera minable et qu'en plus je serai trop épuisée pour me réjouir, profiter. Mais les invitations sont lancées... 

 

Mais tout ça n'est pas dû qu'à la pma. Certes, les derniers mois pèsent leur poids, jusqu'à cet échec la semaine dernière, mais à vrai dire, ce qui me torture en plus, c'est d'en arriver à un tel niveau de fatigue et de déprime. D'avoir des pleurs qui viennent n'importe quand pour n'impoirte quoi, de piquer des crises d'agacement pour pas grand chose, de ne pas voir le bout du tunnel, de ne penser qu'à cet accablement qui m'englue, qui m'enfonce. 

Mon sac de courses s'est déchiré dans la rue ce soir, il pleuvait, j'avais froid, je venais de monter la rue, j'étais à bout de souffle, je me suis mise à pleurer comme une idiote, comme si c'était la fin du monde... 

Je suis dans cet état, aussi parce que mon travail est très prenant, depuis plusieurs semaines, et plus encore mainteanant. Nous arrivons dans la période la plus chargée de l'année avec  trois semaines difficiles à venir (j'aurais sûrement des absences sur le blog), et une équipe réduite. Mais ce n'est pas le plus grave à mes yeux, c'est juste un passage. 

C'est mon mari qui m'inquiète. Il est un (petit) chef d'entreprise et il a une tonne de soucis sur le dos. Alors certes c'est un homme fort, plein de ressources, optimiste, courageux, travailleur, intelligent, fûté, mais malgré tout, je le vois fatigué et inquiet. 

 

J'ai peur aussi pour notre avenir, pour la vie de son entrerprise qu'il a construite seul et qu'il a toujours fait tourner.Mals maintenant, c'est devenu difficile de la maintenir à flot (merci la crise) et il n'a plus la même motivation, l'impression de se battre pour pas grand chose, d'être pompé par l'état, d'avoir peu de résultats gratifiants.

Au-delà de la pma, nous sommes à un tournant dans notre vie professionnelle,nous en prenons conscience, nous devons réflechir à d'autres voies possibles, mais pour le moment, entre la pma et les soucis quotidiens, nous avons du mal à nous y consacrer, à avoir des idées claires. 

Enfin, pour finir, je dois avouer que quand je vais mal comme ça, une peur suprême m'accapare : celle de perdre mon mari, j'ai peur qu'il meurre, j'ai peur qu'il lui arrive quelque chose et ça me glace. 

Cette peur-là est une peur inscrite en moi depuis l'enfance, une peur liée à mon histoire, une peur qui mérite à elle seule une psy de sûrement plusieurs années, je n'ai pas le courage de l'évoquer ici et maintenant, mais je sens que cette peur revient. J'ai peur pour mon mari et c'est complètement irraisonné. J'ai envie de me coller à lui et ne plus le lâcher. Encore un truc viscéral... 

C'est étrange car cette peur-là disparaît quand nous sommes en pma en traitement, sur le chemin de l'espoir. Mais dès que je vis un échec : pds négative, fc... Elle revient me prendre. 

J'ai mal à la tête, je ne sais plus trop ce que j'écris et n'ai pas le courage de me relire... J'ai froid encore. 

J'en ai plus que marre d'être dans cet état, tellement envie de retrouver des forces et du courage, de la joie de vivre... 

marre marre marre marre marre marre marre marre

Je sais plus quoi faire, ma bonne volonté n'y suffit pas.

 

 

illustration : un vieux truc, un livre que j'avais détourné... 

Partager cet article

Repost 0
Published by mon-petit-tresor.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Cami 27/02/2011 23:57


Ton article me touche, vraiment. Je crois que je suis un peu dans le même état que toi, même si je n'ai pas les mêmes soucis avec MonHomme. Ta "zone de non-vie" me parle fortement, l'expression est
tellement juste !
Tu sais, je crois que c'est normal que les soucis "secondaires" disparaissent pendant les ttt, on les met de côté pour se concentrer sur l'essentiel. Mon "secondaire" ne veut pas dire que la vie de
votre entreprise n'est pas importante, mais je suis certaine que si tu le demandes à ton mari, il te dira que le projet de bébé est prioritaire! Alors pendant les ttt on se met entre parenthèses,
et au retour la réalité nous revient en pleine face. Et comme on est démoralisé et déprimé, tout semble insurmontable... c'est le double effet kiss-cool de l'échec PMA.
Puis on ramasse les morceaux tant bien que mal, on relativise (un peu, quand c'est possible, quand les problèmes le permettent) et on repart...
Je t'envoie tout plein de courage, pour aujourd'hui, pour demain et pour tous les jours qui suivront.

(PS : moi, MonHomme, je lui ai formellement interdit de mourir. Quand il a protesté j'ai sorti ma grosse voix et mes larmes les plus convaincantes, alors il a promis de faire de son mieux.)


mon-petit-tresor.over-blog.com 28/02/2011 08:04



C'est exactement ça ma Cami ! le projet bb est le LE projet de notre vie, notre priorité number one. Et là, nous n'avons qu'à attendre, alors attendre dans une période boulot difficile, ça prend
des proportions !!! En fait, dans le boulot, ce sont les problèmes humains qui nous minent (entre autres), des gens qui jouent double jeu, nous font des crasses et on le découvre après bien
sûr... Mais là, à te lire, j'ai une envie d'oublier ça, de replonger dans mes priorités t'as pas idée !!! heureusement que vous êtes là aussi les filles !! Bisous



Nell 25/02/2011 22:00


L'espoir déçu de la fiv est encore tellement récent. Laisse toi un peu de temps. Il est sans doute un peu normal de se sentir happée par le doute, l'angoisse si tôt après l'échec. Je me souviens
après l'échec de fiv1 en décembre j'avais eu l'impression d'avoir avaler la couleuvre assez vite alors qu'en fait jusqu'à mi janvier je perdais pieds... Ton épisode avec ton sac de courses me
rappelle le mien avec mon chat et mon désarroi à ce moment-là... Prenez le temps de vous remettre, de digérer, de vous soutenir et ça ira mieux... Je te le souhaite du fond du coeur.


marlysa 23/02/2011 23:07


La barque est lourde pour toi en ce moment... Le contexte n'est pas avec vous.
Si tu es aussi épuisée et démotivée pour tout, hyperémotive en prime, en effet ça sent la grosse déprime (ou début de dépression? comment sont le sommeil et l'appétit?

Moi aussi j'ai cette grosse angoisse de perdre mon homme mais ce n'est pas lié à un passé traumatisant. Je ne suis bien que collée à lui.
Je t'envoie un peu de douceur et des bises.


mon-petit-tresor.over-blog.com 24/02/2011 17:57



Un peu lourde, oui, mais on ne va pas encore couler... Enfin j'espère. Tu poses les bonnes questions sur la dépression : pour l'avoir vécue, je sais que si on ne fait plus rien, si on ne veut
plus rien, et surtout si on ne dort plus et on ne mange plus, on a les signes qui doivent mettre en alerte. L'appétit va et le sommeil aussi bien qu'irrégulier. Le truc c'est que je vis en apnée
toute la journée alors le soir, je suis dans un sale état et j'ai du mal à bouger. ça peut commencer comme ça. Mais je veille. 


J'aime bien cette image de nous collées à nos hommes ;-))



Serons-Nous Un Jour Parents ?

  • : Mon petit trésor (Ange)
  • Mon petit trésor (Ange)
  • : Nous le pensions, nous l'espérons encore... En attendant, nous voilà dans le petit monde de la pma...
  • Contact

Notre chemin

Après un heureux mariage en 2008, et des essais sans effets, nous n'eumes pas de nombreux enfants...

2010 : direction FIV1 en mai, puis FIV2 en sept avec un beau + mais FC à 8SA...

2011 : Rebelote avec FIV3 en janv puis TEC1 en mai. Toujours sans effets... 

2011 : fin des FIV,  projet fivDO abandonné avec opération d'un méningiome (tumeur bénigne au cerveau)

2012 : Pause et récupération

2013 : à 44 ans, retour en PMA : direction FIV DO en République Tchèque fin septembre  

À suivre : le collectif B-AMP

Un collectif et un blog pour les personnes concernées par l'infertilité, pour que l'aide médicale à la procréation évolue, pour s'informer, échanger, se rencontrer et faire évoluer les choses. B-AMP comme Blog et AMP https://collectifbamp.wordpress.com/